Le stress chez les enfants (6)

Le stress toxique

images (stress)

Il peut résulter de l’impact d’événements stressants qui sont chroniques ou incontrôlables, et/ou de situations où l’enfant n’a pas accès au soutien d’adultes attentionnés.

Selon des études, l’activation forte et fréquente de notre système de gestion de stress en réponse à un stress toxique, peut avoir des répercussions négatives sur le développement du cerveau. Dans des situations extrêmes, comme les cas d’abus graves et chroniques, le stress toxique peut engendrer le développement d’un cerveau plus petit. L’exposition sévère au stress toxique peut changer le système de gestion du stress, de sorte qu’il réagisse fortement à des événements qui pourraient ne pas être stressants pour d’autres.

L’élément essentiel qui rend le stress «toxique», est l’absence de relations stables et empreintes de bienveillance qui aident l’enfant à faire face aux problèmes, et donc ramène la réaction de stress physiologique au point de départ.

Lorsque les jeunes enfants n’ont pas accès à des soins stables et empreints de bienveillance, et qu’ils doivent faire face à un facteur de stress grave, les élévations constantes des hormones du stress ainsi que l’altération des niveaux des composés chimiques clés du cerveau, produisent un état physiologique interne qui dérègle l’architecture du cerveau en développement et peut mener à des difficultés d’apprentissage, de mémoire et d’autorégulation. La stimulation continue du système de réaction de stress peut aussi avoir des conséquences sur le système immunitaire et d’autres mécanismes qui règlent le métabolisme, ce qui peut mener à un seuil d’activation plus bas et permanent, la vie durant.

(Nos enfants et le stress, La Fondation de psychologie du Canada)

Publicités

Le stress chez les enfants (1)

Les jeunes enfants vivent du stress

3D Character with head in hands, sitting on the word Stress

 

Il n’y a pas que les adultes qui connaissent le stress. Le stress fait aussi partie de la vie des jeunes enfants. Avec la vie qui nous bouscule à chaque jour nous sommes conscients que l’enfant peut subir certains stress mais jusqu’à quel point nous y attardons-nous. Il est pourtant super important de le faire car la capacité d’un enfant à gérer le stress dans les toutes premières années, aura des conséquences sur sa santé physique et émotionnelle, la vie durant.

-Les enfants n’ont pas l’expérience de vie des adultes et en général, ils ont donc moins de stratégies pour gérer le stress.

-Lorsque le stress est chronique et constant durant les premières années de la vie d’un enfant, sa personnalité, son comportement et son cerveau subissent des effets néfastes.

-Les enfants qui ont trop de stress et qui n’ont pas de stratégies d’adaptation peuvent développer des problèmes allant d’une santé précaire à des relations difficiles avec les parents, frères et sœurs, gardiennes, éducateurs et les autres enfants.

-L’exposition chronique aux hormones du stress a des répercussions sur les structures du cerveau liées à la cognition et la santé mentale. Lorsqu’elles sont surexposées au cortisol et à d’autres éléments chimiques reliés au stress, les cellules du cerveau sont endommagées.

-Des niveaux élevés de stress constant peuvent pousser l’enfant à avoir un comportement inacceptable et interférer avec son habilité à fonctionner normalement. L’enfant peut paraître hyperactif ou distrait sous l’effet de trop de stress. D’autres enfants font preuve d’apathie ou tout simplement «se referment sur eux-mêmes».

(Nos enfants et le stress, La Fondation de psychologie du Canada)