Les conditions favorables au développement des intelligences (4)

Les dix principes de base relatifs à l’apprentissage

Principe 3: L’apprentissage doit avoir un sens pour la personne

apprendre-a-nager-a-un-enfant-_600 (2).jpg

Apprendre pour apprendre fonctionne rarement. Une personne apprend pour atteindre un but. La motivation peut venir d’elle-même ou d’une source externe.

Les conditions favorables au développement des intelligences (3)

Les dix principes de base relatifs à l’apprentissage

Principe 2: L’apprentissage est un acte social

GU177191_6-300x300

Une personne apprend rarement seule. Elle imite les autres, les observe et reçoit des connaissances partagées par d’autres. Elle communique pour valider ses connaissances ou en savoir plus. Elle interagit avec ses pairs.

Les conditions favorables au développements des intelligences (2)

Dans le billet précédent nous avons vu que Gardner a identifié cinq facteurs d’éveil ou d’inhibition de l’intelligence.

Il y a cependant d’autres déterminants: les dix principes de base relatifs à l’apprentissage.

Afin de bien les comprendre et les assimilés je vais vous dévoiler un principe par jour.

Principe 1: L’apprentissage met en œuvre tout l’être

enfant19v

Le corps et l’esprit sont liés dans l’apprentissage. Les sens captent l’information que le cerveau traite. Un corps bien disposé est plus apte à apprendre. Par exemple, il est démontré qu’une activité physique précédant une activité intellectuelle exigeante rend le cerveau plus disponible. L’alimentation a aussi un impact sur l’apprentissage. Un ventre vide ou une mauvaise alimentation nuisent à l’apprentissage.

Les conditions favorables au développement des intelligences

bibliotheque-98633

Dans le billet précédent nous avons découvert qu’il y avait huit types d’intelligence. Aujourd’hui nous allons voir qu’il y a des conditions favorables au développement de ces intelligences.

Gardner identifie cinq facteurs d’éveil ou d’inhibition de l’intelligence:

Le premier: La stimulation grâce à l’accès à des ressources physiques ou humaines. (ex: prendre une leçon de piano, aller à la bibliothèque, avoir un contact avec un adulte stimulant qui suscite une passion ou de l’intérêt pour un domaine en particulier.)

Le second: La stimulation liée au fait de vivre à une époque ou au sein d’une culture données.(ex: au Québec, avant la Révolution tranquille les personnes optaient souvent pour étudier afin de devenir infirmières, enseignantes, missionnaires ou intervenantes sociale. Elles se tournaient aussi très souvent du côté des ordres religieux.

Le troisième: La stimulation qui découle du milieu de vie immédiat. (ex: dans un quartier défavorisé les gens ont souvent accès à des services limités pour favoriser le développement des différentes intelligences.)

Le quatrième: La stimulation associée à une volonté familiale. (ex: autrefois au Québec, l’aîné héritait de la ferme familiale. Il était important que la profession demeure dans la famille, être médecin de père en fils.)

Le cinquième: Le contexte de vie. (ex: le fait de vivre avec un grand malade lorsqu’on est jeune peut avoir un impact sur le développement de certaines intelligences, au même titre que le fait d’appartenir à une famille nombreuse vivant dans un petit espace.)

À ces cinq facteurs s’ajoutent 10 principes de base relatifs à l’apprentissage. C’est ce que nous découvrirons dans les prochains billets.

Les huit types d’intelligence selon Gardner

8-intelligences

Nous parlons souvent de l’intelligence des enfants. Il est intéressant de savoir que l’intelligence comprend un potentiel que chaque personne développe à partir de son bagage génétique et des stimulations issues de son environnement.

L’intelligence est composée de plusieurs potentialités. Ces potentialités s’expriment à travers les huit formes d’intelligence identifiées par Howard Gardner, un psychologue américain qui a formulé la théorie des intelligences multiples. Ces huit intelligences interagissent pour permettre à l’humain de réaliser ses activités quotidiennes de manière optimale.

-interpersonnelle: entrer en relation avec les autres.

-intrapersonnelle: permet d’orienter sa vie.

-kinesthésique: permet d’établir des relations entre le corps et l’esprit.

-linguistique: transmettre des connaissances ou des sentiments par le langage.

-logico-mathématique: permet de mettre en relation différents éléments d’information.

-musicale: permet d’être sensible aux sons ou d’entrer en relation avec les autres et avec le monde au moyen des sons.

-visuo-spatiale: permet d’être sensible aux images ou de percevoir le monde à travers ses aspects visuels et dimensionnels.

-naturaliste: permet d’être sensible à ce qui est vivant ou de comprendre l’environnement dans lequel l’humain évolue.

Ces huit formes d’intelligence ne se développent pas toutes au même rythme, par contre, même si elles se développent de façon individuelle, nos intelligences se coordonnent pour nous permettre d’agir.

Les huit intelligences forment un tout. Puisque l’humain est le fruit de stimulations particulières, il développe ses intelligences respectives à des niveaux qui lui sont propres. C’est cet assemblage unique qui fait qu’une personne peut aimer faire des recherches au niveau médical par exemple, qu’une autre aura du plaisir à conduire un véhicule, qu’une autre aimera jouer au théâtre etc.

Il y a aussi une mémoire spécifique pour chaque intelligence. Par exemple, pour écrire correctement nous solliciterons notre mémoire linguistique, composer ou jouer de la musique fera appel à notre mémoire musicale et ainsi de suite.

Révision

Avant de poursuivre avec d’autres informations, faisons une petite révision face au développement de l’enfant.

images revision

Tout d’abord je vous ai parlé. de six points importants à savoir sur le développement de l’enfant:

-il suit un ordre prévisible (par ex: s’assoit avant de se tenir debout).

-Il se fait de façon logique (ex: utilise un seul mot avant de faire des phrases).

-il est cumulatif (il apprend à saisir une cuillère, ensuite à la diriger à sa bouche).

-tout enfant se développe à son propre rythme.

-tout enfant présente des préférences et des caractéristiques individuelles qui se reflètent dans son comportement.

-le développement de l’enfant n’est pas linéaire (développement en dents de scie).

Nous avons aussi vu qu’il y a cinq dimensions du développement:

-affective

-physique et motrice

-sociale et morale

-cognitive

-langagière

Dans les prochains billets il sera question de l’intelligence. Nous verrons tout d’abord qu’il existe huit formes d’intelligence. Par la suite je vous parlerai des conditions favorables au développement de ces intelligences.